L'homme et la lingerie 2012



Autonomie masculine

De plus en plus autonome dans ses achats, il s’affranchit et affirme ses goûts. En 2011, plus de 66% des hommes achètent eux mêmes leurs sous-vêtements contre 59% en 2008. La femme (mère ou conjointe) était jusqu’à ces dernières années encore décisionnaire dans le choix des sous-vêtements achetés ! Progressivement, la notion de mode s’introduit dans l’univers du sous vêtement masculin. Si cet achat reste encore à 59% un achat de nécessité, 1 homme sur 3 considère que ses sous-vêtements sont un accessoire de mode et prend ainsi conscience de leur importance.


     
  Cibler les bonhommes !
Formes et matières made in masculins
Côté forme justement, c’est le boxer qui sort grand gagnant avec 57% des achats. Et objet de nombreux fantasmes ou interrogations, le string représente tout de même 3% des achats !
Si l’homme s’éduque et s’intéresse progressivement à un rayon autrefois laissé aux femmes, c’est aussi parce que le marché évolue et que les marques rivalisent de propositions. Grande nouveauté pour 2012 : le remodelant (jusqu’alors connu au rayon femme) s’invite dans les sous-vêtements masculins. Voici donc des sous-vêtements résolument techniques, respirant, remodelant, remontant, galbant... que nous retrouvons sous des formes push-up, coquées, paddées...
Source TNS Worldpanel
 
     
  Tendance Men
Udy lance son wonderback. Alter propose des strings invisibles et structurants. Gregg imagine le Body Shaper. Athena conçoit un boxer en polyamide et microfibre dont la ceinture extra-large est respirante.... L’égalité des sexes en passe aussi par là. Pourquoi seules les femmes auraient le droit de tricher et de corriger les petites imperfections de la nature !

Conquête masculine
66% des hommes achètent désormais seuls leurs sous-vêtements !
Les hommes se chouchoutent de plus en plus : 77% d’entre eux achètent plus de 2 fois par an des sous-vêtements. (Il s’agit pour 59% d’entre eux d'un achat de nécessité.)
57% des hommes sont fans du boxer ! Mais le slip a encore ses inconditionnels : 45% des hommes interrogés continuent de le porter !
3,3% d’entre eux avouent même porter des strings.